Entre neige, froid, gel, dégel (regel!) et pluie verglaçante, les conditions hivernales ne sont pas toujours des plus clémentes pour des sorties en course à pieds. Il est même parfois plus sage de laisser ses espadrilles au placard plutôt que risquer se blesser. Fréquente alternative en cette période de l’année: le tapis de course… mais je pense que nous sommes tous d’accord sur le fait que courir sur cet engin (de torture!) est vite… comment dire… lassant – pour ne pas dire autre chose! 😉 … Chers coureurs et amoureux des activités extérieures, bonne nouvelle! Il existe une merveilleuse option : le ski de fond. Oui oui, le ski de fond! C’est un sport que j’ai bien longtemps sous-estimé, le classant adolescente dans la catégorie des sports-pour-les-vieux car… c’est ma Maman qui faisait du ski de fond… Et bien, j’ai vite ravalé mes paroles le jour où, l’hiver de mes 13 ans, elle m’a proposé de me joindre à elle pour un ‘’petit essai’’ (elle avait son plan la maline!). Après quelques minutes, ma veste de ski toute trempée et le cœur prêt à bondir de ma poitrine, j’ai dû admettre qu’elle avait bien plus de mérite à faire sa demi-journée de ski de fond que moi à dévaler les pentes de ski alpin une journée durant!

Maintenant que la course à pieds fait partie de ma vie et que je dois – depuis quelques années – faire face à des hivers bien plus rigoureux que ceux que j’ai connu en Europe, j’inclus bien volontiers le ski de fond dans mon début de saison. C’est un sport parfait à bien des niveaux pour pallier au manque de sorties de course. Bien entendu, il permet un maintien du cardio, mais aussi de faire travailler des muscles dont vous n’auriez jamais soupçonné l’existence, de renforcer le core et dessiner le haut du dos et les bras, en particulier ce que j’aime appeler les ‘’drapeaux’’, vous savez, cette petite partie flasque qui frétille quand on fait ‘’coucou’’ 😉 Enfin, plus sérieusement, dernier bienfait, et non des moindres, il va donner un break aux articulations qui sont très – voire trop – sollicitées lors des impacts des foulées au sol.

Bref, que du bon pour vous maintenir en forme avant de rechausser vos espadrilles au printemps, surtout qu’en classique, il est assez rapide de se faire plaisir et sentir la glisse, sans pour autant être un athlète olympique. Il faudra seulement, comme dans tout sport, être prudent en commençant, ne pas oublier de s’échauffer et y aller progressivement, à son rythme pour éviter toute blessure.

Alors, qu’en dites-vous? Pourquoi ne pas essayer pour préparer la prochaine session de course à pieds? Elle commence le 7 mars! Au plaisir de vous faire courir!

Pour te joindre aux différents club de course, c’est ici que ça se passe!

Blandine Mosna, Entraîneur certifiée pré-post natal (PFS)